Les beaux gosses du DAHMNA de Rose Pelletier

Témoignage de Daniel Mudib Nguz, Ibrahima Barry, Sekou Doucouré, Thierry Tchantcheu Fata, Sarah Morcrette, Céline Van Coppenolle et Quentin Monier, jeunes accompagnés et professionnels du service DAHMNA, Foyer Rose Pelletier à Loos

A seize ans, ils ont tout pour eux : ils sont jeunes, ils sont beaux, ils sont intelligents et ils ont surtout une force de caractère qu’ils tirent, pour chacun d’entre eux, de leur histoire personnelle. Daniel, Ibrahima, Sekou et Thierry sont des mineurs dits « non accompagnés ». Tous les quatre, avec un autre jeune, vivent ensemble dans un appartement du Dispositif d’Accueil d’Hébergement pour Mineurs Non Accompagnés (DAHMNA) à Loos depuis 2018.

Ils sont scolarisés et sont très bons élèves. Une situation qui s’améliore pour ces quatre jeunes qui ont quitté leurs pays et leurs familles pour survivre et fuir la guerre ou la misère…

L’artiste du groupe, c’est Daniel. Il est arrivé en France en avion de la République Démocratique du Congo. Il garde contact avec quelques amis installés à Kinshasa, la capitale. Avant d’arriver dans l’appartement de l’ASRL, il était en foyer d’accueil. « Se retrouver seul très loin de son pays d’origine n’est pas évident », dit-il. Avec dix-sept de moyenne à l’école, Daniel veut prolonger ses études en médecine ou en microbiologie et, en parallèle, développer ses talents d’artiste en explorant la musique, l’écriture et le dessin. Créatif, son ambition est qu’un jour, il puisse publier un livre de dessins.

Ibrahima vient de Guinée, c’est le footballeur du groupe. Il est arrivé en Zodiac jusqu’en Espagne et ensuite en France car sa situation familiale ne lui permettait pas de vivre correctement dans son pays. Sa mère lui manque énormément. Ibrahima est aussi un bon élève. Avec quinze de moyenne, il suit des études de commerce multi-spécialités. Il se sent d’ailleurs vraiment à l’aise à l’école.

Les enseignants, comme les élèves, sont bienveillants. « L’école, c’est comme une deuxième famille » explique-t-il.

Thierry, c’est le cuisinier. Originaire du Cameroun, ses parents l’ont envoyé chez sa tante pour qu’il ait de meilleures conditions de vie. Il a beaucoup travaillé pour aider sa famille. Il est ensuite parti au Nigéria puis en Lybie. Avant d’arriver en France, il a vécu également en Italie. Au collège, il était premier de sa classe, et n’a jamais eu d’absences. Actuellement en contrat d’apprentissage cuisine, il souhaite devenir chef cuisinier. Les plats africains, il maîtrise. Son objectif est maintenant d’acquérir la technique pour la confection des plats français. Plus tard, il aimerait ouvrir un restaurant africain en France pour faire connaître les spécialités de son pays.

Sekou, c’est l’autre sportif de la bande. Comme Ibrahima, il adore le football mais aussi le vélo, la natation et le basketball. Après avoir quitté son pays d’origine, le Mali, il s’est d’abord installé en Italie puis a été accueilli dans une Maison d’enfants à caractère social en France. C’est sous l’impulsion du Département du Nord qu’il a intégré le DAHMNA. Actuellement, Sekou suit sa deuxième année de CAP plomberie.

Tous ont déjà connu la rue, les squats, les auberges de jeunesse… L’ASRL, c’est aussi cette réalité : la protection des mineurs non accompagnés à travers la création du DAHMNA, ce nouveau dispositif essentiel pour l’accompagnement des enfants migrants. Du bonheur et du succès, c’est ce que l’on souhaite à Daniel, Ibrahima, Thierry et Sékou, qui forment une équipe très motivée et superbement bien intégrée !

Découvrez le livre-témoignages « 60 portraits Humains & Engagés » de l’ASRL en CLIQUANT ICI !

Tous les témoignages sont disponibles en version audio ICI