La sexualité n’est pas handicapée !

Témoignage des professionnels du groupe VISA : Mélanie Voisin, Isabelle Hautekeete, Dominique Verhaeghe, Mathieu Jehaes, Marion Tournemine, Aurélie Wargnier et Annie Noël - Foyer le Soleil Bleu, Quesnoy-sur-Deûle

Mélanie, Annie, Marion, Dominique, Aurélie, Isabelle et Mathieu sont tous des professionnels des établissements de Quesnoy-sur-Deûle, accueillant des adultes en situation de handicap visuel avec un ou plusieurs handicaps associés. Ces sept collègues font partie du groupe VISA, pour Vie Intime Sexuelle et Affective.

Le principe de ce projet collaboratif est clair : comprendre les besoins des résidents autour des thématiques de l’affection et de la sexualité et leur proposer des solutions adaptées.

Parler de sexualité dans les établissements sociaux et médico-sociaux pour les personnes en situation de handicap n’est pas encore un sujet abordé naturellement en France. Les débats sont vifs ou inexistants, notamment sur le statut « d’aidant sexuel », qui n’est pas légalisé dans le pays.

En juin 2012, c’est à la suite d’un séminaire où Nicolas Brimeux, comédien handicapé, témoignait de son rapport à la sexualité, que Mélanie proposa de mettre en place un groupe de travail sur cette thématique à Quesnoy-sur-Deûle. Il a fallu plus d’un an pour travailler sur le fonctionnement du projet, construire l’équipe pluridisciplinaire et définir la charte VISA. En octobre 2015, le projet a été soumis à l’Agence Régionale de Santé et obtient le label « droits des usagers de la santé ». C’est à cette période qu’il y a eu une réelle reconnaissance du projet VISA dans l’établissement.

Des ateliers sont organisés avec les résidents. Les professionnels peuvent répondre à leurs questionnements et leurs attentes, toujours en étant vigilants à respecter la loi. Des réunions sur la bonne utilisation de préservatifs, l’aide à l’achat de sextoys adaptés, des jeux de société amenant à des questions qui font débat, la fabrication d’organes génitaux en impression 3D, aidant à leur représentation mentale pour les personnes aveugles ou déficientes visuelles de naissance font partie des nombreuses actions menées.

Les membres du groupe n’évitent aucune question. Ils espèrent que les lois françaises évolueront dans un sens plus favorable à l’expression et à la satisfaction des besoins affectifs et sexuels des personnes en situation de handicap. Comme cela est déjà le cas dans d’autres pays européens.

Le partage d’expérience est au coeur des préoccupations du groupe VISA. Les professionnels souhaitent transmettre leurs connaissances et les outils qu’ils ont développés au sein des autres établissements de l’ASRL.

La vie affective et sexuelle est un des droits fondamentaux de tout être humain. « Nous avons comme finalité d’accompagner au mieux chaque personne en situation de handicap, dans son accès à ce droit, avec respect et bienveillance », conclut Mathieu.

Découvrez le livre-témoignages « 60 portraits Humains & Engagés » de l’ASRL en CLIQUANT ICI !

Tous les témoignages sont disponibles en version audio ICI.