Un futur lieu de vie ouvert à tous, avec ou sans handicap, à Saint-Michel-sur-Ternoise

« A Saint-Michel, le handicap n’est pas un souci, les passerelles existent déjà avec les habitants », souligne la maire, Josette Edouard. Sa commune compte déjà un ESAT (1), un IME (2) et une légumerie accueillant des personnes en situation de handicap.

Demain, un nouveau projet verra le jour : sur les ruines de l’ancien Gamm Vert, un vaste ensemble de vie devrait émerger et héberger une cinquantaine d’habitants au cœur de la cité. « On veut faire un lieu vivant, ouvert au maximum sur l’extérieur. L’objectif est d’accueillir des personnes avec un handicap intellectuel ou psychique, mais qui ont suffisamment d’autonomie pour la vie quotidienne. Il ne s’agit pas de faire un ghetto mais au contraire, un lieu ouvert sur l’extérieur, avec des logements individuels, des parties collectives et des entrées par la rue pour que les habitants du quartier puissent y venir », détaille Michaël Knopp, Directeur du Dispositif Habitat et Vie Sociale du Ternois.

 

Une épicerie solidaire, un dépôt de pain, un point pressing ouverts à tous

 

En plus des logements, le directeur du Dispositif Habitat et Vie Sociale du Ternois prévoit ainsi l’implantation d’une épicerie solidaire, d’un dépôt de pain, d’un point pressing. Autant de services destinés aussi bien aux résidents qu’aux habitants de Saint-Michel et de Saint-Pol.

Le site vise à regrouper les personnes intégrées dans les Foyers de la Ternoise, avec au total cinquante-six logements. La situation géographique, à la limite des deux communes, permettra également de résoudre les problèmes de mobilité des résidents, notamment de ceux aujourd’hui accueillis à Monchy-Cayeux – où le site actuel sera de fait abandonné.

 

Le nouveau lieu de vie sera destiné à des profils divers : personnes en situation de handicap, travailleurs et retraités de l’ESAT, mais aussi des personnes accueillies en foyer de vie, en accueil médicalisé ou encore en logements sociaux. Même si le public visé est atypique, les architectes se sont attachés à proposer des habitats tout ce qu’il y a de plus classique : « On nous a demandé de concevoir des logements autonomes, avec un commerce en connexion avec la ville, une salle polyvalente, des bureaux, une salle de gym et une laverie. L’idée était de désenclaver le site pour avoir une ouverture sur la ville. On n’est pas sur un foyer mais sur des logements traditionnels, avec des parties collectives, comme un potager extérieur et une cuisine pédagogique. Les appartements sont assez classiques, avec des balcons et jardins, chacun aura sa propre porte, sa boîte aux lettres. Le vrai pari a été la création de coursives où les habitants pourront se croiser et se rencontrer au quotidien », détaillent Julien Hu et Aude Montigny.

 

Pour ce duo d’architectes, les grandes lignes sont tracées, mais l’ensemble doit encore être affiné. Le conseil départemental s’est engagé à hauteur de quatre millions d’euros sur un montant total qui devrait atteindre 6,5 millions d’euros.

 

Michaël Knopp a remercié à maintes reprises le département pour son soutien à ce projet dont les travaux pourraient débuter dans un an, pour une ouverture mi-2022 : « Nous n’en sommes qu’au début, il reste beaucoup à faire au niveau de l’architecture et de l’organisation pour en faire un espace partagé avec les habitants de Saint-Michel et de Saint-Pol. Nous aurons besoin des idées des résidents, nous ferons aussi appel aux habitants, aux associations, aux partenaires du territoire pour que ce soit un véritable lieu de rencontre et d’échange. »

 

(1) ESAT : établissement et service d’aide par le travail
(2) IME : institut médico-éducatif

Retrouvez deux articles de presse présentant le projet :

 

Article de presse 1 

Article de presse 2

 

Contact : 

 

Michaël KNOPP, Directeur du Dispositif Habitat et Vie Sociale du Ternois

Email : mknopp@asrl.asso.fr